Bodalski – famille et histoire

Radwan, histoire et personnages

Description du blason

Un drapeau d’église doré à trois plots, avec des glands, accroché à un poteau transversal surmonté d’une croix dorée, le tout sur un bouclier rouge. Au-dessus du bouclier, une armure de chevalier avec un casque, et au-dessus, une couronne d’or avec des travaux rouges, doublée d’or. Dans la couronne, trois plumes d’autruche.

En bref

Radwan

Autres noms : Wierzbowa, Wierzbowczyk, Wirzbowa, Wirzbowo, Kaja, Chorągwie.

1021 – Radwan mentionné comme chancelier de la couronne comtale sous le règne de Boleslaw Chrobry (le Brave).

1076-79 – La noblesse héréditaire, le blason et autres privilèges était donné par Roi Bolesław Śmiały (période de règne 1076-79).

La famille parmi les plus anciennes.

Documents les plus anciens

Les plus anciens sceaux connus portant l’image des armoiries de Radwan sont les sceaux médiévaux de Piotr z Cikowic (Cikowski), le juge de la Terre de Cracovie, datant de 1443 et 1446.
Le premier document judiciaire connu date de 1407. Franciszek Piekosiński le mentionne.
La proclamation de Radwan est consignée dans un document datant de 1409.

Andrzej Kulikowski: Wielki Herbarz Rodów Polskich. Warszawa: Świat Książki, 2003, s. 282, 283.
source wikipedia angl.

L'histoire de Radwan

Rittmeister Radwan et la bataille entre 1076 et 1079

Kasper Niesiecki dans son livre «Les armoiries de la Pologne 1839-45» donne les informations sur le commandant (Rittmeister*) Radwan qui, après la bataille, a reçu un blason et d’autres hommages.
Au cours de son expédition à Ruthenia, il fut envoyé avec les autres et… «il frappa le camp ennemi si serré qu’il ne put éviter une escarmouche avec Ruthenia ou combattre avec eux, avec une petite quantité d’armée, il n’y avait pas moyen. Après tout, tout le monde était d’accord pour tomber mort sur la place plutôt que de faire confort à l’ennemi en le fuyant. Avec un grand cœur, ils ont sauté en Russie et sûrement les ont combattu de façon chevaleresque, mais ceux-ci, en voyant une petite poignée d’entre eux, ont pris courage et ont non seulement repris le drapeau mais l’ont aussi dispersé. Le Rottermaster Radwan, voulant amener les siens à l’escarmouche, sauta dans une église voisine, où il prit le drapeau de l’église et rassembla ses braves hommes pour attaquer l’ennemi. Ruthenia, comprenant qu’une nouvelle armée avec un nouveau renfort arrivait, fuyait et c’est par Radwan que la victoire fut remportée, pour laquelle il reçut le même drapeau de l’église pour son blason et quelques autres hommages…».

La noblesse, le blason et autres privilèges lui était donné par Roi Bolesław Śmiały (période de règne 1076-79).

*Le Rittmeister était à la tête d’un escadron de cavalerie dans les armées allemandes ou austro-hongroises. Ce grade correspondait à celui d’un capitaine de cavalerie.

Les Radwan dans l'histoire

Nous allons  mentionner des ancêtres les plus importants, les plus célèbres des armoiries de Radwan.

Les Radwan avaient des rôles et fonctions importants surtout dans le Royaume de la Pologne, ça veut dire jusqu’au 1795 auprès des Princes, du Roi ou dans l’Eglise.
Sous le régime de tsar, ils ont plutôt basculés vers les idées indépendantistes, voire idées révolutionnaires de la justice sociale.

Radwan,
chancelier de la couronne comtale – 1021 et 1153.

Les anciennes lettres monastiques mentionnent Radwan comme chancelier de la couronne comtale sous le règne de Boleslaw Chrobry (le Brave) en 1021, et le seconde à cette fonction est également mentionné en 1153.

Ce sont les mentions les plus anciennes, citées par Paprocki.
Mais pour être chancelier de la couronne, il fallait être de la noblesse.
En conclusion : ou bien les armoiries datent d’avant 1076 (règne de Boleslaw Smialy) ou bien les Radwan, avant 1076 avaient d’autres armoiries. Cette dernière est aussi la hypothèse de Niesiecki qui pour preuve cite Dlugosz, grand historien chroniqueur, lui-même parlant d’un évêque Radwan des armoiries de Sreniawa en 1138.

Gotard,
hetman, comte, chevalier célèbre – 1241

Gotard est décrit par le prince Konrad comme «milites nostri» – «notre chevalier», ce qui prouve qu’il était un associé proche du prince et faisait partie du cercle de ses collaborateurs. Comes Gotard, fils de Luc, s’est distingué par sa grande bravoure.

Gotard était hetman à la maison des princes de Mazovie, les privilèges de la maison de ce témoignage, qui était « …de peu de beauté, mais de grande force et de cœur ». (Paprocki). La lettre du roi Zygmunt August, citée par Paprocki, affirme que Gotard le chevalier était fils de Lukasz (Luc).

Voici ce que le Prince Konrad Mazowiecki a écrit à propos des armoiries des ancêtres du chevalier Gotard, à l’occasion de la concession de terres dans les environs de l’actuelle Vallée de Sluzewiec et de la paroisse de Sainte-Catherine à Varsovie : « …le Prince a donné ces terres à Gotard, l’ancêtre de la famille Wierzbowów des armoiries de Choragiew ou de Radwan. C’était une récompense pour sa victoire sur les Jadwings en 1241. C’est alors que le brave Gotard a emmené en captivité sept chefs Jadwiga, dont ils se sont rachetés en payant 700 grzywnas d’argent …».

Dlugosz, historien et chroniqueur, rappelle le chevalier Radwan, qui « lors des combats avec les Jadwings, il a pris sept chefs et les a amenés avec leur seigneur devant le prince Konrad Mazowiecki ».

Paprocki écrit également sur cet événement dans son ouvrage «Le nid de la vertu», publié en 1578 à Cracovie et le cite dans son intégralité en latin dans « Ksiega Rycerstwa Polskiego ». Voici une phrase :
«Conrad le Prince Mazovian. Pour les mérites du comte Gotard, qui a eu des combats avec les Prussiens, les Lituaniens et les Jacwings, et surtout pour l’excellente victoire sur le dernier, je donne le village de Sluzewo, en le libérant de tous les fardeaux, de la loi polonaise provenant. Zygmunt August Roi de la Pologne confirme ce privilège».

Gotard a servi les ducs de Mazovie avec sa bravoure en défendant leur frontière la plus au nord-est – la castellenie Wiska. Des années plus tard, on retrouve dans ces terres le député Leon Broniewicz. Faut-il chercher un lien ?

Fait à signaler

Au XIIIe siècle, la plupart des zones de l’actuelle Varsovie étaient de petits villages.
Deux d’entre eux, Służew et Raków, ont été accordés à Gotard. Le duc Konrad Ier de Masovie, qui gouvernait alors, a apprécié sa contribution dans la lutte contre l’invasion Jadźwings. En 1961, le chevalier est devenu le patron d’une des rues principales du quartier Sluzew, Jadźwingowie (horreur !), d’une petite rue transversale…

Famille Zebrzydowski

Parmi les premiers, ils étaient descendants directs de Gotard.

Fabian, fils d’Antoni, qui était fils de Wilhelm, lui fils de Gotard,  dont la progéniture du village de Zebrzydowice dans le pays de Cracovie s’appelle Zebrzydowski.
Très vielle famille qui occupait toujours des hautes fonctions.

Parmi les plus connus :

Mikołaj Zebrzydowski (1553-1620),

voïvode de Lublin (1589), grand maréchal de la Couronne (en) (1596-1600), voïvode de Cracovie (1601). Célèbre pour avoir fomenté une rébellion armée contre le roi Sigismond III de Pologne. Profondément religieux, il finance la construction du monastère de Kalwaria Zebrzydowska, considéré de nos jours comme l’un des lieux de pèlerinage les plus importants de Pologne.

Andrzej Zebrzydowski (1496 – 1560)
wikipedia (fr)
Seweryn Uruski, hrabia -« Notices sur les familles illustres et titrées de la Pologne.. » p274

Famille Uchanski

Parmi les plus connus :

Jakub Uchanski
1502, Uchanie – 1581, Lowicz

Archevêque de Gniezno, Évêque de Chełm, Évêque de Wrocław, Primat de Pologne, chapelain de la reine Bona Sforza.

« Ce sont aussi les ancêtres de ceux de mon époque, les grands, et les sénateurs prospères, comme tout d’abord : Jacob Uchanski qui était alors archevêque de Gniezno. Celui-ci, dans l’éléction du roi Stefan (Leszczynski), se détache de la chevalerie avec quelques Seigneurs, tenant le côté impérial. N’étant pas arrivé pour le couronnement à Cracovie, à sa place Stanislaw Karnkowski, évêque de Wloclawek, nee Junosza, a couronné roi. » – écrit Paprocki en citant Dlugosz.

wikipedia en anglais
Le contexte : “Famille dont l’illustration remonte jusqu’au commencement du xmc siècle…”. p 248

Beaucoup d’autres

Parmi eux

Aleksy Nadarzyński (? – 1524)

Maréchal du duché de Mazovie (1505).
Fils de Tomasz Nadarzyński qui a fondé la ville de Nadarzyn,
Il a probablement joué un rôle à la cour du roi Jan Olbracht (peut-être un courtisan).

Walenty Nadarzyński (1525-1564)

Fils d’Aleksego, châtelain de nombreuses provinces, sa dernière fonction : châtelain de Wiski (1555-1564). Il a également été député à de nombreuses reprises.

Andrzej Radwan

« …secrétaire du roi Sigismond III, a fondé un monastère avec un hôpital des pères Bernardins à Slonim, en lui assurant des fonds suffisants. » (Herbarz Niesieckiego – (Armoiries de Niesiecki) )

Fiodor Mikhailovitch Dostoïevski

11 novembre 1821, Moscou – 9 février 1881, Saint-Pétersbourg.

Ecrivain immense.

Jaroslaw Dabrowski (Dombrowski)

 le – le .

Militaire, révolutionnaire, héros.
La vie très courte mais très intense. Pourtant souvent inconnue.

Trois objectifs de son combat en Pologne : l’abolition du servage, une réforme agraire et l’indépendance de la Pologne. Il est partisan de la lutte armée et presse pour une action immédiate. Il se charge de la planification d’une insurrection révolutionnaire pour le , clin d’œil à la Révolution française.

Dąbrowski est arrêté le à la suite d’une dénonciation. Il passe deux ans au Pavillon X de la Citadelle de Varsovie (prisonniers politiques).
Le , Dąbrowski est condamné à quinze ans de bagne en Sibérie, mais il réussit à s’évader de sa prison d’étape à Moscou et rejoint la France en 1865.

Nommé le   commandant en chef de l’armée de la Commune de Paris.
Tué sur les barricades lors de l’assaut des Versaillais, à l’âge trente-cinq ans, il a été général quarante-sept jours, dont douze en première ligne. 

Il était enterré dans un linceul rouge au cimetière du Père-Lachaise à Paris, mais on ne trouve pas sa tombe.

source (fr)

Friedrich Nietzsche

15 octobre 1844 – 25 août 1900

Philosophe immense.

Son appartenance à la « famille » de Radwan fait toujours l’objet des recherches. Voici les dernières connus.

Bernard Szarlitt dans ses ouvrages «Nietzsches Polentum» (Leipzig 1906) et «Le caractère polonais de Nietzsche et de sa philosophie». (Varsovie 1930).

… Alors qu’à Plock se trouvait  la famille Nicki de blason de Radwan, et que l’un de ses représentants, Gotard, a émigré en Prusse en 1632. Puisque le premier Nietzsche, Christopher, l’arrière-arrière-arrière-grand-père du philosophe, a été mentionné pour la première fois en 1706, il n’est pas exclu que s’il venait de Gotard Nicki, le nom de famille de Nicki ait pu prendre la forme de Nietzsche durant la période de 74 années.

Szarlitt se rendit à Weimar chez la sœur et la biographe de Nietzsche, Elisabeth Förster-Nietzsche. L’examen des manuscrits du philosophe a donné des résultats sensationnels : il s’est avéré que le nom de son ancêtre était apparemment écrit par Nicki et que l’orthographe de Nietzky était la responsabilité de sa sœur ; comme «Nicki» est lu par les Allemands comme «Niki», elle a introduit l’orthographe phonétique «Nietzky» pour qu’ils puissent lire «Nicki» correctement.

Ce n’est pas fini. Szarlitt a apporté avec lui à Weimar le dessin des armoiries de Radwan. Mme Forster a d’abord déclaré qu’elle connaissait les armoiries, puis elle s’est souvenue qu’elle avait un signet de son père, «un souvenir de famille». Après avoir trouvé le signet, il s’est avéré que les armoiries de Radwan y étaient gravées.

source
Extraits de la bibliographie téléchargeables
Paprocki – Herby rycerstwa polskiego. 1584.
extrait 10 pages. 1 Mo.
Adam Boniecki. Herbarz polski, wiadomosci historyczno genealogiczne. Cz1, t2,. 1900.
extrait 2 pages. 1,3 Mo.
Niesiecki, Kasper  – Korona Polska przy Złotey Wolnosci Starożytnemi Rycerstwa Polskiego y Wielkiego Xięstwa Litewskiego Kleynotami, Naywyższymi Honorami, Heroicznym Męstwem y odwagą, Wytworną Nauką a naypierwey Cnotą, Pobożnością y Swiątobliwością Ozdobiona […]. T. 3. 1740.
extrait 3 pages. 715 Ko
Herbarz Polski – imionospis selon K. Niesiecki et autres manuscrits_v. 3, 1862.
extrait 3 pages. 186 Ko
Juliusz Ostrowski – Ksiega herbowa rodow polskich Cz1-1897-1906
4 p, 1,7 Mo
Szlachta guberni augustowskiej, lubelskiej i radomskiej wylegitymowana w Królestwie Polskim w latach 1836–1861. Red. Elżbieta Sęczys, 2018.
extrait 3 pages, 2,8 Mo.
Szlachta wylegitymowana w Królestwie Polskim w latach 1836-1861. Red. Elżbieta Sęczys, 2000.
598 Ko