Bodalski – famille et histoire

Bodalski Michal Tomasz

26 septembre 1824, Obory – 27 novembre 1875, Lublin.
Fils de Krzysztof Bodalski et Jozefa Wroblewska.
Sécraitaire de la Mairie de la ville de Kazimierz (région Lublin), puis Maire de la commune de Kazimierz.
Marié avec Marianna (Maryanna) Broniewicz.
Ils avaient 11 enfants.
A défaut de son portrait, nous proposons une vue de Kazimierz Dolny, la ville avec laquelle il était très lié.

Quelques dates

26 septembre 1824 – naissance à Obory (région Varsovie).

1838 – il travaille déjà à la mairie de Kazimierz.

1840-43 – il a à la charge la restauration de l’Eglise à Boza Wola.

1943 – il gagne le concours pour le poste chancelier à la mairie.

le 16 juin 1953 – Mariage avec Marianna Broniewicz des armoiries de Radwan à Kazimierz Dolny.

1854 – naissance de son premier fils Kazimierz (ou selon Mme Katarzyna Szczurek en 1853).

1859 – naissance de son fils Bronislaw.

1863 – il devient Secrétaire de la Mairie de Kazimierz Dolny.

après 1871 – il est Maire de la commune de Kazimierz.

20 novembre 1875 – décès à Lublin à l’hôpital
(ou selon d’autres sources : le 7 novembre 1875 à Kazimierz Dolny).

Son épouse, Maryanna Broniewicz

1831-1918

Fille de Jozef Kasper Broniewicz et Karolina Orzechowicz.

La page lui est consacrée

Le jeune de la meilleure conduite et de la meilleure aptitude.

Maire de la ville Kazimierz

Michał Bodalski (...) a travaillé de manière intègre, diligente et impeccable.

Mention sur le certificat du stage.

Vie professionnelle

En 1938, à l’âge de 14 ans il travaille déjà à la mairie ! – il devait être très doué ce qui lui a permis de sortir de la condition modeste de ses ancêtres.

A l’âge de 16 ans, en 1840 on lui confie la gestion de la restauration de l’Eglise de Boza Wola – dans le période 1840-43 il figure dans les Archives de  Lublin comme « aplikant » ce que nous interprêtons comme « premier emploi », se préparant ainsi à exercer comme employé administratif.

Plus tard, installé à Kazimierz Dolny, il y travaillait comme Sécretaire de la Mairie de la ville, à l’époque située sur la place du Marché.

Il faut mentionner qu’à l’époque la mairie de petites villes comme Kazimierz, était composée de trois personnes : le Maire, le Sécrétaire et le Caissier. Parfois aussi un employé de bureau ou écrivain (« kancelista »).

Sa carrière de fonctionnaire est racontée ci-dessous.

Source – années 1840-43, Boza Wola
Source – années 1843 – 1864, Kazimierz Dolny
Source – 1867, Kazimierz Dolny

Michał Tomasz Bodalski, né le 26 septembre 1824 à Obory, fils aîné de Krzysztof Bodalski et de Józefa de Wróblewski vel Wróbel (nom de famille enregistré de diverses manières dans les registres métriques). Le père de Michał, Krzysztof Bodalski, a été mentionné dans des documents au fil des ans comme employé de la papeterie, cocher au manoir de Obory, surveillant du manoir de Borowina et aubergiste à Słomczyn et Łęg.
A ce propos, je mentionne le fait que l’aîné des frères de Krzysztof, Marcin Bodalski, vivait à Karczew (c’est tout près d’Otwock, où se trouve aujourd’hui la plus forte « densité » des Bodalski, qui sont probablement ses descendants) et était transporteur (très probablement à travers la Vistule).

En 1838, déjà à l’âge de 14 ans, Michał Bodalski a commencé à travailler comme apprenti au magistrat de la ville de Kazimierz. Pourquoi à Kazimierz ? Je ne sais pas, quelqu’un a dû soutenir le garçon d’une manière ou d’une autre. Dans les notes sur l’éducation de cette période d’emploi, il y a une information que Michał « a reçu un enseignement à domicile ». Qui a donné cet enseignement ? Il ne pouvait probablement pas s’agir uniquement du père, qui, selon les documents, était très probablement illettré (mais en tant que superviseur de travail des paysans ou aubergiste, il devait savoir compter). Peut-être que l’un des patrons qui employait le père a permis à un petit garçon talentueux d’étudier avec ses propres enfants ? Rappelons-nous que c’était la première moitié du 19e siècle, le fils d’un paysan n’avait généralement non seulement pas de grandes ambitions, mais il n’y avait tout simplement pas cette possibilité de promotion sociale.
Dans ce cas, cependant, l’histoire s’est déroulée de manière complètement différente.

En 1843, le poste de chancelier devient vacant au sein du magistrat. Il y avait quatre candidats pour le poste vacant, dont Michał Bodalski. Le maire de la ville de Kazimierz a envoyé une lettre au chef du comté de Lublin recommandant Michał Bodalski. « Le jeune de la meilleure conduite et de la meilleure aptitude » sont les mots du maire à propos de notre ancêtre. Dans le certificat confirmant le stage effectué, la mention « Michał Bodalski (…) a travaillé de manière intègre, diligente et impeccable (…) » apparaît. La condition pour obtenir un poste de chancelier était la connaissance de la langue russe, confirmée par un examen réussi. Michał Bodalski, dans sa propre lettre manuscrite, a convaincu qu’il était prêt à passer l’examen. L’examen a été mené par un colonel russe à Lublin. Trois candidats ont montré des compétences linguistiques suffisantes pour occuper le poste vacant, parmi lesquels Michał Bodalski. Quelques semaines après l’examen, Michał Bodalski a reçu une nomination pour le poste de chancelier, avec un salaire annuel de 90 Rs. (Roubles d’argent).

Fin avril 1847 le père de Michał Bodalski, Krzysztof Bodalski, est décédé. Les documents montrent que l’obtention d’un congé n’était pas aussi évidente qu’elle ne l’est aujourd’hui. L’intéressé s’est d’abord adressé au maire, qui a envoyé une lettre au chef du comté de Lublin, lequel a personnellement adressé une demande au gouverneur de Lublin. Ce n’est que fin mai que Michał Bodalski a obtenu un congé de 16 jours pour « s’être rendu à Varsovie et dans le village d’Obory dans un but familial ».

En juillet 1850, Michał Bodalski a reçu un autre congé – 8 jours « dans le comté de Radom pour affaires familiales ».

En 1853, comme pour ses congés, Michał Bodalski demande le 30 avril l’autorisation d’épouser Marianna, la fille aînée de Józef Broniewicz. Une déclaration du père de la mariée est jointe, avec son consentement au mariage. Michał demande également un congé de 8 jours pour se rendre à Varsovie et à Obory chez sa famille. Le maire au chef du comté, le chef du comté au gouverneur confirment que Michał Bodalski a des économies et reçoit un salaire de Rs. 90 et subviendra à ses besoins et à ceux de sa nouvelle épouse. Le gouverneur donne gracieusement son accord, déclarant que « Michał Bodalski (…) n’aggravera pas sa situation actuelle en l’épousant (…), mais l’améliorera ». Nos ancêtres n’ont certainement pas manqué de bureaucratie dans la partie russe du pays… Le mariage a eu lieu le 16 juin 1853, dans la ville de Kazimierz.

En 1859, après plus de 20 ans de service Michał, Bodalski a tenté d’accéder au poste de caissier sur Wąwolnica, en demandant une augmentation de 45 Rs. Mais il n’a pas réussi à obtenir ce poste.

En décembre 1862, le chef du comté de Lublin, a recommandé Michał Bodalski comme maire adjoint de Końskowola, argumentant, entre autres, que « [Michał Bodalski] est toute son aide, son soutien [du magistrat] – un homme travailleur, talentueux, vertueux, familier avec les règles, juste en service et très utile pour elle ». Cette fois-ci non plus, il n’a pas été promu. À cette époque, la famille comptait déjà six enfants, probablement que le salaire actuel, inchangé depuis 1843, ne suffisait plus à couvrir tous les besoins.

En février 1863, le même chef du comté de Lublin, a recommandé Michał Bodalski au poste de secrétaire nouvellement créé dans la ville de Kazimierz. Cette fois, Michał Bodalski reçoit une nomination, et un salaire de 150 Rs. Ainsi, il n’y a pas eu de déménagement dans une autre ville et les problèmes financiers de la famille ont été résolus.

En avril 1864 Michał Bodalski reçoit une nomination pour le poste de juré caissier du magistrat de la ville de Kazimierz. Cependant, un événement désagréable se produit ici – Michał. Bodalski n’est pas en mesure de payer un dépôt de 300 Rs., nécessaire pour occuper le poste mentionné ci-dessus. Ainsi, notre ancêtre doit renoncer à la promotion, et le caissier devient quelqu’un d’autre.

Le dossier de l’employé sur la base duquel j’ai fait la description ci-dessus se termine en 1867, lorsque Michał Bodalski conserve le même poste de secrétaire.

Dans les actes de naissance des enfants en 1868, Michał Bodalski est toujours mentionné comme secrétaire de la municipalité de Kazimierz, en 1871 comme fonctionnaire indépendant de l’ancienne municipalité de Kazimierz (quoi que cela puisse signifier), à la naissance du dernier fils de Stanisław en 1874, Michał Bodalski est mentionné comme maire de la commune Kazimierz.

En 1875, l’histoire de Michał Bodalski s’achève tristement, Michał meurt à l’hôpital Saint-Jean-de-Dieu de Lublin le 27 novembre, à l’âge de 51 ans. Ma grand-mère m’a dit que la cause du décès était un accident – une intoxication d’oxyde de carbone. Mais ma grand-mère a aussi dit que Michał est mort à Puławy. Cependant, son deuxième fils Wacław est mort à Puławy. Je ne connais donc pas la cause réelle du décès (peut-être que c’est le fils de Wacław qui a été empoisonné par l’oxyde de carbone), sauf le fait que ce n’était pas une mort naturelle.

 – basé sur les documents de l’AP Lublin concernant l’éducation et le travail de Michał Bodalski à Kazimierz Dolny.

Vie personnelle

Il est né à Obory, une vingtaine de km au sud de Varsovie, le 26 septembre 1824 (acte n° 114 – lire le texte).

Toute sa famille, ses parents, ses frères, habitent dans la région de Varsovie et à Varsovie.

Il quitte donc sa famille, sa région pour s’installer à Kazimierz Dolny. Quelqu’un l’a aidé ? Qui ?

Là-bas il s’est marié avec Marianna Broniewicz, fille du célèbre Jozef Kasper Broniewicz des armoiries de Radwan.

Ils avaient 11 enfants.

Il est mort jeune, par accident.

Source : acte de naissance n° 114.

Et aussi

La lecture et l’écriture étaient sacrées pour lui – son père, peut-être ses frères et ses sœurs aussi, ne savait ni lire ni écrire.

D’après les souvenirs de son fils Bronislaw, il prenait soins de l’éducation de son fils, en lui apprenant à lire et écrire dès son plus jeune âge et plus tard, quand il n’y avait pas d’école,  en lui prenant un enseignant privé.

De ces souvenirs, on apprend aussi qu’il habitait à plus de 2 km de son lieu de travail.

Peu de choses, mais quand on a si peu d’informations, tout est précieux.

Pour télécharger l’article de Bronislaw Bodalski (en polonais) :

Ses enfants

Nous apprenons l’existence de beaucoup d’enfants. Voici la liste avec l’année de naissance et celle du décès.
Plus d’informations sur les enfants se trouvent sur la page consacrée à sa femme.

Kazimierz – 1854 Kazimierz Dolny – 1919 Hrubieszow.

Waclaw – 1855 Kazimierz Dolny – 1885

Jozefa – 1857 Bochotnica – 1867

Bronislaw – 1859 Kazimierz Dolny – 1938

Klementyna Kolasińska – 1860 Kazimierz Dolny – 1943

Michalina – 1862 Kazimierz Dolny – ?

Florentyna Michalko – 1864 Kazimierz Dolny – 1912

Jozefa Slipczuk – 1868 Kazimierz Dolny – ?

Kamila – 1868 Kazimierz Dolny – ?

Maria Antonina – 1871 Kazimierz Dolny  – 1871

Stanislaw – 1874 Kazimierz Dolny – ?